Né le 19 Juin 1947 à Brive la Gaillarde (France) de père madrilène et mère catalane, exilés républicains espagnols.

Pratique du dessin et de la musique puis, études techniques et de dessin industriel. Parcours musical auto didactique (trombone, flûte, arrangements) en orchestre de variétés et de jazz..

En 1969 à Brive, Jean-Pierre Rodrigo fait la connaissance de France Labertrandie, petite-fille de Pierre Betz, directeur-fondateur de la revue artistique et littéraire Le Point (1936 -1962) à Souillac,  ville où ils s'unissent en 1971.

Installation à Cahors en 1973. Chargé de la création de l'École Municipale de Musique qu'il dirige de 1973 à 2007. Leader depuis 1975 du Swing Machine Big Band de Cahors.


Parallèlement à son activité de musicien, il aborde la peinture en 1976 avec deux thèmes fondamentaux, l'architecture et l'archéologie. Arts de construction, la musique et l'architecture ont défini les éléments structurels, réels ou imaginaires, qui  constituent depuis une part importante de son vocabulaire pictural.

À partir de 1999, sa peinture s'ouvre à la littérature et à la peinture espagnoles avec Cervantes (Molinos para el Quijote,1999-2003), Goya (Escenografia, 2002) et Greco (Toledo, 2005).

L'année 2003 est marquée par le décès de son épouse France (Youyou). Jean-Pierre Rodrigo lui rend hommage dès 2003 dans une suite toujours en cours, Les cactus de Youyou et Figues de moro (2006).

Déclinée sous la forme de séries, voire de suites, la plus grande partie de son œuvre est réalisée sur papier, la toile et le bois étant plutôt réservés aux grands formats. 

Il peint  à l'acrylique, parfois à l'encre de Chine, avec pinceau, brosse, éponge, rouleaux d'imprimeur, raclettes et tampons, employant fréquemment le collage, l'agrafage, les adhésifs et les rubans de masquage. Dans sa peinture prédominent les ocres jaune et rouge, une large gamme de gris et le noir.  Le blanc, utilisé comme
marquage et créant des réserves dans la peinture, joue un rôle déterminant dans ses compositions où il apparaît comme un trait essentiel de son langage morphologique.

Avec Arqueologia (2004), Jean-Pierre Rodrigo modèle ses premières sculptures céramique. Il a réalisé depuis Càntir (gargoulette catalane, 2005), contrepoint à la série peinte sur ce  thème, puis Làlilàba (2007), Castells d'aigua, Escudos (2009) et Cactus (2010).


Principaux thèmes et séries (1976 à 2000):

- architecture vernaculaire (Séchoirs à tabac, 1976, Séchoirs à maïs, 1984, Pigeonniers, 1993)  et antique (Monumenta, Palais, 1979, Villa romana, 1985),

-  renaissance italienne (Sbozzo di Poggio reale, Progetto di fortificazione, 1989, Omaggio a Bramante, 1992, San Lorenzo Firenze,Villa palladiana, 1993, Progetto vinciano, 1996),

- Espagne romaine (Grafits ibèrics, Tàrraco series, 1990-1999) et baroque (Madrid barroco, 1992), 

- archéologie (Casa romana, Tàrraco, 1990, Divona thermes, 1993, Arqueologia, Pla d'excavacío, 1996),

- jardins et  patios (Parc de Marly, 1984, Palazzo con giardine, 1985, Barcelona patio, 1991, Hortus conclusus, 1996, Patios,  1995-1998) 



 
Rodrigo SubiranaAccueil.html

BIOGRAPHIE

ChronologieCHRONOLOGIE.html
ExpositionsExpositions.html
TextesTextes.html
VidéosVideos.html
ContactContact.html
CéramiqueCeramiques/Ceramiques.html
PeinturePeintures/Peintures.html
SculptureSculptures.html